Un qui veut traverser

de Marc Soriano, par la Compagnie Théâtre Suivant

« Quitter son pays illégalement n’est plus seulement aujourd’hui un acte lié à des circonstances particulières, locales ou momentanées, mais un phénomène continu, massif et planétaire. Traverser, atteindre l’autre côté, ou mourir. Et il ne s’agit pas de découverte, d’aventure ou de conquête, mais d’exil, de mort, de survie, de fuite. »

On est emporté par ces témoignages tous différents livrés par un seul homme sur scène. Marc Soriano prend tour à tour la voix et l’attitude des personnages qu’il évoque. Ici nul besoin de plusieurs acteurs un seul suffit à nous rendre l’atmosphère et toute l’épaisseur de ces récits. Le texte est fort, simple, épuré et joue sur la répétition. Le « un qui veut traverser » revient comme une ritournelle et appuie sur ce désir irrationnel de traverser dans l’espoir d’une vie meilleure, d’une vie tout simplement. Pourtant aucun jugement, qu’on soit du côté des passeurs, des pêcheurs ou de ceux qui veulent traverser. Et c’est ce qui nous fait d’autant plus apprécier cette pièce. L’auteur n’essaie pas de nous convaincre par des mots ou des emphases, mais laisse la vérité nue s’offrir à nous comme une évidence.     

Après le Théâtre du Rond-Point et le Théâtre 13, cette pièce est jouée à La Friche de Viry-Châtillon jusqu’au 21 décembre.

Pour plus d’informations : http://www.amin-theatre.fr/fr/

 

Publicités

Ouragan

Laurent Gaudé

Ouragan

Un livre qui vous emporte…

Que reste t-il de notre société, de nous quand toutes les barrières sautent? Une terrible tempête est annoncée à la Nouvelle-Orléans, seuls ceux qui ne peuvent pas partir restent et se préparent à faire face à l’Ouragan. Un pasteur, une mère et son enfant, des prisonniers, une centenaire, un homme qui court vers son destin, autant de personnages que nous suivons durant ces terribles heures apocalyptiques, et, qui tout comme le ciel qui se déchire, tempête, et redevient clair voient leurs vies ballotées avec brio et intensité par l’auteur.  Laurent Gaudé y fait résonner les voix de ses héros comme autant de consciences différentes, nous montrant les multiples facettes de l’Homme lorsque tout s’effondre. Il en ressort les plus belles comme les plus atroces actions!

Ouragan est un roman par lequel on est happé et dont on ne ressort qu’une fois achevé.

Le printemps de la Renaissance

La sculpture et les arts à Florence, 1400-1460

Affiche_20x30_RENAISSANCE_16juillet copie

Une des premières expositions du Louvre par laquelle je suis conquise! La scénographie est claire, les œuvres sont mises en valeur, le parcours cohérent et varié, le propos pertinent et réfléchi. Un juste équilibre est trouvé entre les œuvres prêtées et celles appartenant  aux collections du Louvre et c’est un plaisir pour les yeux. En un mot une réussite!

Au niveau du sujet abordé, on ne peut être que content de voir une exposition consacrée à la « première Renaissance italienne », celle qui a vu naître la perspective et qui est souvent délaissée au profit de la seconde Renaissance, celle de Léonard de Vinci, Raphaël et Michel Ange, pour faire court. Pourtant cette période est essentielle dans la construction de l’histoire de l’art européenne. De nombreux Chefs d’œuvre, maillons essentiels pour la compréhension de cette période sont exposés. Citons notamment les panneaux du concours pour la seconde porte du baptistère de Lorenzo Ghiberti et de Brunelleschi, les maquettes du dôme de la Cathédrale Santa Marira del Fiore. Mais aussi un grand nombre de sculptures de Donatello (qui est un peu l’artiste fil conducteur de l’exposition) des portraits de Mina da Fiesole ainsi que plusieurs sculptures et peintures  antiques, présentes pour illustrer ce retour à l’antiquité et l’inspiration qu’elles ont suscitée chez beaucoup d’artistes au quattrocento.

Les + pour moi : les murs blancs de l’exposition qui éclairent les salles et mettent en valeur les œuvres (c’est vraiment rare d’avoir une aussi belle scénographie qui prend vraiment en compte l’espace mis à disposition). La variété des œuvres exposées : portraits, sculptures en pied, madones, sculptures architecturales, peintures, maquettes, enluminures et lorsque certaines oeuvres sont essentielles au propos et ne sont pas présentes ou qu’il est intéressant de resituer les sculptures, des photos sont présentées. Il n’y a pas trop d’œuvres juste ce qu’il faut et les choix sont pertinents. Même chose pour les comparaisons qui sont faites, elles nourrissent et illustrent parfaitement le propos.

Au final, on ressort de cette exposition en ayant eu un très bon aperçu de cette période (sans s’être déplacé à Florence) tant sur le plan des idées que des œuvres et en ayant compris à quoi correspondait cette renaissance et quels en étaient les enjeux.

http://www.louvre.fr/expositions/le-printemps-de-la-renaissance-la-sculpture-et-les-arts-florence-1400-1460

Entre ciel et terre

auteur : Jon Kalman Stefansson

entre terre et ciel

vivre pour lire…

Ces trois petits mots pourraient résumer à eux seuls ce magnifique livre. Dans l’Islande du XIX éme siècle deux pêcheurs emportent chaque jour avec eux quelques phrases, strophes de livres qu’ils ont lus et qu’ils se récitent comme un antidote au froid, à la morosité et à la dureté de leur condition. Mais quand un jour l’un des deux en oublie sa vareuse le drame survient…son compagnon pourra t-il y survivre?

Véritable voyage initiatique et philosophique Entre ciel et terre est un livre qu’on lit doucement et qu’on prend plaisir à savourer. Il nous parle de nos plus grandes peurs, mais aussi des plus belles choses qui peuvent nous arriver. A travers l’histoire de ce jeune pêcheur c’est la vie elle même que nous goûtons, et même si tout n’est pas toujours rose, on en ressort apaisé et vivifié, empreint de poésie et de beauté.