Un qui veut traverser

de Marc Soriano, par la Compagnie Théâtre Suivant

« Quitter son pays illégalement n’est plus seulement aujourd’hui un acte lié à des circonstances particulières, locales ou momentanées, mais un phénomène continu, massif et planétaire. Traverser, atteindre l’autre côté, ou mourir. Et il ne s’agit pas de découverte, d’aventure ou de conquête, mais d’exil, de mort, de survie, de fuite. »

On est emporté par ces témoignages tous différents livrés par un seul homme sur scène. Marc Soriano prend tour à tour la voix et l’attitude des personnages qu’il évoque. Ici nul besoin de plusieurs acteurs un seul suffit à nous rendre l’atmosphère et toute l’épaisseur de ces récits. Le texte est fort, simple, épuré et joue sur la répétition. Le « un qui veut traverser » revient comme une ritournelle et appuie sur ce désir irrationnel de traverser dans l’espoir d’une vie meilleure, d’une vie tout simplement. Pourtant aucun jugement, qu’on soit du côté des passeurs, des pêcheurs ou de ceux qui veulent traverser. Et c’est ce qui nous fait d’autant plus apprécier cette pièce. L’auteur n’essaie pas de nous convaincre par des mots ou des emphases, mais laisse la vérité nue s’offrir à nous comme une évidence.     

Après le Théâtre du Rond-Point et le Théâtre 13, cette pièce est jouée à La Friche de Viry-Châtillon jusqu’au 21 décembre.

Pour plus d’informations : http://www.amin-theatre.fr/fr/

 

Publicités